Seconde intention

Les échographies supplémentaires et les échographies de seconde intention

Dans certaines circonstances votre obstétricien ou votre sage-femme peut vous prescrire une échographie supplémentaire (on recommande en France, de faire 3 échographies par grossesse) ou une échographie de contrôle, en cas :
- de difficulté à l’examen de dépistage ;
- d’anomalie de la croissance fœtale : gros ou petit fœtus ;
- d’anomalie morphologique suspectée ou avérée ;
- de liquide amniotique trop ou pas assez abondant ;
- de saignement ;
- d’antécédent génétique avec risque de récurrence ;
- d’une maladie maternelle exposant à un haut risque de malformation ;
- d’un test biologique indiquant un risque malformatif accru ;
- du suivi d’une hyper clarté nucale ;
- lorsque votre état de santé le nécessite, d’une façon générale…

En cas d’anomalie suspectée ou de malformation décelée, des examens complémentaires pourront vous être prescrits : comme des échographies complémentaires, une échographie cardiaque fœtale chez un cardiopédiatre, une IRM ou un scanner.

Certaines anomalies peuvent justifier la vérification des chromosomes du bébé par la réalisation d’une amniocentèse (prélèvement de liquide amniotique) ou d’une choriocentèse (prélèvement de placenta). Ces prélèvements vous seront proposés, jamais imposés.

Un rendez-vous avec un généticien ou avec un pédiatre spécialisé est parfois nécessaire.

En cas d’anomalie nécessitant un avis de plusieurs médecins spécialistes ou de doute sur la prise en charge d’une anomalie, un avis est demandé à un Centre Pluridisciplinaire de Diagnostic Prénatal (CPDPN).

Dans notre région il existe deux CPDPN : au Centre Hospitalier de Pontoise, dont le Docteur BIDAT est le coordonnateur et au Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy, dont le Professeur Patrick ROZENBERG est le coordonnateur. Mais vous restez libre du choix du CPDPN où vous souhaitez demander un avis.

Les CPDPN se réunissent de façon hebdomadaire. Un avis vous sera donné soit par l’intermédiaire de votre obstétricien soit directement par un membre du CPDPN.